Étudier en Allemagne : Guide Pratique

Poursuivre ses études supérieures en Allemagne présente de nombreux avantages pour les étrangers. Mais quel est le niveau d’allemand requis pour être accepté ? Comment procéder pour faire valider son inscription ? Quelles sont les bourses qu’il est possible d’obtenir pour étudier en Allemagne ? Et comment faire pour trouver un logement ?

Les avantages d’étudier en Allemagne


Si de manière générale, partir étudier à l’étranger présente de nombreux atouts. Opter pour l’Allemagne s’avère un choix particulièrement intéressant pour plus d’une raison :

  • Tout en restant proche de la France, l’étudiant peut s’immerger dans un des pays leaders européens avec un niveau de vie élevé, une économie florissante et un des taux de chômage les plus bas d’Europe. De plus il bénéficie d’une infrastructure excellente et d’une offre de loisirs pléthorique ;
  • L’étudiant a l’occasion de découvrir une nouvelle culture, un pays frontalier au patrimoine architectural, artistique, musical et littéraire très riche ;
  • La qualité de l’enseignement supérieur allemand est reconnue à l’échelle internationale et les programmes d’études y sont d’ailleurs considérés comme plus difficiles que ceux d’autres pays ;
  • Pour cette raison, réaliser une partie de ses études en Allemagne renforce la réputation des jeunes diplômés et leur permet de travailler partout dans le monde ;
  • Le prix des études est beaucoup moins cher que dans de nombreux autres pays. Notamment, aucun frais de scolarité ne sont appliqués sur le premier cursus suivi et certaines universités ne facturent pas de frais non plus au titre de la scolarité. En outre, les étudiants, même étrangers, peuvent décrocher des bourses pouvant atteindre jusqu’à 1 300 € par mois.
  • Le coût de la vie reste accessible : les dépenses courantes (loyer, nourriture …) sont dans la moyenne des pays européens et les étudiants bénéficient de nombreux tarifs réduits (transport, sorties culturelles …).

Il faut savoir que l’Allemagne a fait partie des premiers pays européens à mettre en place les dispositions de la réforme LMD. Si bien qu’à ce jour, elles sont en application pour les examens de tous les établissements d’enseignement supérieur allemands.

Étudier en Allemagne : passage obligé ou programme d’échange


Pour certains étudiants qui suivent des études, en école de commerce ou écoles d’ingénieurs notamment, partir étudier à l’étranger pendant un semestre ou une année est imposé par leurs cursus. Les étudiants de l’école Sciences Po, par exemple, doivent justifier d’un an de mobilité à l’étranger pour valider leur diplôme. Souvent, ils passent une année dans une université partenaire, affilié ou non le programmes Erasmus.
L’objectif est de faire vivre à l’étudiant une expérience internationale, de l’inciter à s’adapter au pays d’accueil et à s’intégrer. Cette période, au départ obligatoire, est généralement très bien vécue par les jeunes qui choisissent de partir étudier en Allemagne. En outre, elle leur permet de gagner en maturité.
D’autres étudiants font le choix de partir étudier à l’étranger dans le cadre d’un programme d’échange.

  • Erasmus, le plus célèbre, met en place des échanges dans 25 pays pour des étudiants ayant terminé leur première année universitaire. Les écoles éligibles sont les universités délivrant un diplôme reconnu par l’État ainsi que les établissements privés agréés par l’État.
  • L’Office franco-allemand pour la jeunesse (Ofap) soutient chaque année plus de 8 000 programmes d’échanges. Ceux-ci peuvent prendre des formes aussi variées que des échanges universitaires, des stages obligatoires, des cours de langues, des rencontres sportives et culturelles …

Qu’elle soit imposée ou voulue, cette période d’études en Allemagne peut devenir pour une partie de ces étudiants un véritable prélude au suivi d’un cursus complet.

Partir en Allemagne pour passer un master ou un doctorat


Obtenir son master dans une université allemande
Après leur licence obtenue en France ou en Allemagne, certains étudiants font le choix de passer leur master dans une université allemande. En Allemagne, ce cursus de second cycle ne peut excéder deux ans, et doit souvent être précédé d’un an d’études à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus. Une année qu’il est possible de mettre à profit pour perfectionner son niveau d’allemand et se mettre dans le bain du système éducatif allemand.
Passer son doctorat en Allemagne
Pour entrer dans un cursus de doctorat en Allemagne, l’étudiant doit maîtriser la langue anglaise, et être titulaire d’un diplôme de second cycle de type Master allemand ou équivalent ou suivre le programme Fast Track, qui est soumis à un examen d’entrée.
Deux types de doctorats cohabitent dans le système d’enseignement allemand : le doctorat individuel (ou indépendant) et les programmes structurés de doctorat.

  • Le doctorat individuel, le plus fréquent, place le doctorant sous la tutelle d’un professeur d’université. Ensemble, ils sélectionnent le sujet de la thèse de l’étudiant, qui peut travailler seul ou en compagnie d’autres scientifiques (s’il obtient un poste de collaborateur).
  • Dans le cas du doctorat structuré (ou organisé), qui ressemble davantage au système anglo-saxon de PhD, une équipe de responsables prend en charge un groupe de doctorants. Il s’agit en règle générale de programmes pluridisciplinaires incluant un enseignement d’accompagnement du doctorant, mais également des séminaires, des conférences, des qualifications ainsi que des conseils pour la recherche d’emploi.

Le niveau d’allemand pour les études en Allemagne


Il n’est pas indispensable d’être bilingue afin de partir étudier en Allemagne. Toutefois, avoir un niveau d’allemand suffisant est nécessaire pour pouvoir suivre les cours.

  • Même s’ils ne constituent qu’une minorité, certains établissements allemands d’enseignement supérieur demandent aux étudiants étrangers de justifier d’un niveau B2.
  • La majorité des écoles et universités requièrent le niveau C1, qui est plus élaboré que le niveau B2.

Les étudiants qui postulent pour étudier en Allemagne doivent passer un test officiellement reconnu avant de contrôler leur niveau d’allemand. Les universités utilisent le plus souvent l’un des tests suivants :

  • Le Test Daf (Deutsch al Fremdsprache) ;
  • le DSH (Deutsche Sprachprüfung für den Hochschulzugang) ;
  • Le telc Deutsch C1 Hochschule ;
  • le Goethe-Zertifikat C2.

Il existe toutefois des exceptions permettant aux étudiants ayant un faible niveau d’allemand d’étudier en Allemagne :

  • certaines universités proposent des études internationales. Ce sont en règle générale des programmes de bachelor et de maîtrise, qui intègrent des contenus internationaux et dont les cours sont le plus souvent dispensés en anglais. Ils concernent notamment des cursus de médecine et de sciences naturelles. L’étudiant souhaitant suivre un cursus de ce type doit passer un test tel que le IELTS, le TOEFL ou le TOEIC pour justifier d’un niveau d’anglais suffisant afin d’accéder à la formation.
  • Pour entrer en licence Regio Chimica, issue de la collaboration entre la Faculté des Sciences et Techniques (FST), l’Université de Haute-Alsace (UHA), de l’École Nationale Supérieure de Chimie de Mulhouse (ENSCMu) et de la Faculté de Chimie et Pharmacie de l’Université Albert Ludwigs de Freiburg (Allemagne), seul le niveau B1 est requis en allemand. Le même niveau est requis en français et en anglais.

La procédure pour faire ses études en Allemagne


Tout étudiant désireux de poursuivre des études supérieures en Allemagne doit satisfaire aux critères suivants :

  • Avoir obtenu un diplôme de fin d’études secondaires comme le baccalauréat afin d’intégrer une première année d’université, un BST ou un DUT ou encore un DEUST pour entrer en licence, un bachelor ou équivalent pour intégrer un Master, et un Master ou équivalent pour entrer en doctorat ;
  • Justifier d’un niveau d’allemand suffisant pour étudier dans la langue ;
  • Fournir l’intégralité des documents requis par l’école ;
  • Régler les frais et la cotisation du semestre.

Sous réserve des procédures de sélection, (les candidatures d’étudiants étrangers étant soumises à un numerus clausus), généralement l’étudiant doit fournir les documents suivants afin de valider son inscription :

  • Une copie certifiée conforme du diplôme d’études secondaires (baccalauréat) ;
  • Le cas échéant, une copie certifiée conforme de tous les diplômes obtenus dans l’enseignement supérieur (BTS, DUT, DEUST, licence ou Master en fonction du cursus intégré) ;
  • Une traduction assermentée et délivrée par un traducteur assermenté en allemand ;
  • Une photo d’identité ;
  • Une copie de la carte d’identité ou du passeport ;
  • Un Curriculum Vitae en allemand ;
  • Un test de langue (DSH, TestDaf, Goethe C2 ou telc C1 Hochschule) ;
  • Une confirmation d’inscription à une couverture sociale ;
  • Une attestation partielle des droits de scolarité ou de la cotisation semestrielle.

L’inscription doit être déposée :

  • auprès du secrétariat étudiant de l’établissement retenu ou de l’Akademisches Auslandsamt ;
  • au Stiftung für Hochschulzulassung (Bureau d’admission à l’enseignement supérieur) dans le cas de certains cursus soumis à un numerus clausus national ou local.

En Allemagne, les études sont organisées par semestre. Et si chaque université allemande fixe ses propres dates limites en fonction du Land où elle se trouve, du niveau études ou encore du nombre de places disponibles, force est de constater que les dossiers doivent généralement être retournés avant le 15 janvier pour le semestre d’été et le 15 juillet pour le semestre d’hiver.
Le coût des études est bien moindre en Allemagne comparativement à de nombreux autres pays. L’entrée dans une université allemande est toutefois subordonnée au paiement :

  • des frais de dossier ;
  • des frais de scolarité (sauf pour le premier cursus suivi qui est gratuit), pour les universités qui les appliquent (une partie d’entre elles ne facturant pas de frais au titre de la scolarité) ;
  • de la cotisation semestrielle à l’inscription et au moment des réinscriptions (dans de nombreuses villes, ce paiement ouvre droit à la gratuité des transports publics).

Les étudiants intégrant le programme Erasmus + sont quant à eux exemptés des frais de scolarité.

Les bourses pour étudier en Allemagne

Il existe de nombreuses bourses destinées aux étudiants étrangers et leur permettant d’étudier à moindres frais en Allemagne, voire totalement gratuitement. En voici quelques exemples.
Bourses pour intégrer une licence :

  • Les bourses du DAAD (dont une bourse pour les étudiants germanistes de 325 euros par mois) ;
  • Les bourses des universités telles que Dresden University of Technology, Hof University of Applied Sciences, ESMT Berlin, University of Hamburg, Koblenz Landau University, Jacobs University, ou encore de la Friedrich Naumann Foundation. Par exemple, la bourse accordée par l’University of Hamburg dans le cadre de l’intégration d’une licence de droit, économie, gestion, informatique ou psychologie est de 7 800 euros.

En ce qui concerne les programmes de master, il est possible pour un étudiant étranger de décrocher une bourse auprès :

  • du DAAD, qui propose des bourses générales et une bourse spécialement dédiée aux études d’architecture (de 8 500 euros par an) ;
  • de l’ESMY Berlin, de la Ruhr-Univerity Bochum, de l’Internet and Society Fellowship, de l’Evangelisches Studienwerk, de la Dresden University of Technology, de l’University Hamburg et de Hof University of Applied Sciences. Celle de l’Evangelisches Studienwerk, pour ne citer qu’elle, est de 7 200 euros par an.

Les étudiants étrangers désireux de suivre des études de doctorant peuvent eux aussi obtenir des bourses auprès plusieurs fondation. Nous pouvons citer la Hector Fellow Academy, la Volkswagen Foundation via son Phd Program, l’University Hamburg, la Student Rurh University, la Humboldt Foundation, l’University of Bonn ou encore de la Mathematical Union. Par exemple, la bourse de la Student Rurh University est de 1 300 euros par mois et peut être versée sur un maximum de 6 mois.
En outre, les étudiants de moins de 24 ans ont la possibilité d’obtenir un prêt et sans intérêt appelé, KfW-Studienkredit, durant tout le cycle concerné auprès de l’État. Il peut atteindre jusqu’à 650 euros par mois.

Trouver un logement durant les études en Allemagne

En Allemagne, les étudiants consacrent en moyenne entre 210 euros et 400 euros aux dépenses de loyer, mais ce budget est largement dépassé dans les grandes villes comme Bonn, Stuttgart ou Francfort. Les locations les moins chères sont en colocation ou en résidence universitaire.
Les étudiants peuvent trouver des annonces pour louer une chambre ou un studio auprès :

  • de leur établissement, notamment sur les panneaux d’affichage et dans les couloirs ;
  • du Studentenwerk ;
  • des associations étudiantes ;
  • de l’Akademisches Auslandsamt.

Bien évidemment, de nombreuses annonces de bailleurs privés sont aussi accessibles en ligne et il est également possible de laisser gratuitement une annonce de recherche de logement, notamment sur les sites suivants :